Le livre de cuisine

Le livre de cuisine

Le livre de cuisine est en pleine révolution : il n’est plus seulement écrit par des chefs, il préfère jouer la carte de la simplicité et des recettes culinaires du quotidien. Il y en a dans toutes les familles, celui qu’on a hérité de notre grand-mère qui arbore une grande couverture orange et qui a le sommaire taché d’huile. En somme, le livre de cuisine est un genre à part, celui-ci raconte toujours la société de son époque. La nôtre à deux grands pôles, coincée entre la nourriture rapide et la haute gastronomie. Globalement, le secteur est en expansion depuis maintenant vingt ans, cependant, le marché du livre de cuisine n’est plus aussi éclatant qu’il y a cinq ans. Moins de 1,8% sur l’année d’après l’institut Gfk, sur une marché du livre qui est toujours dominé par les romans. Cependant, une exception est notable : lors de l’année 2015-2016, porté par le succès phénoménale de simplissime, même si lui aussi est en perte de vitesse, il reste le best-seller qui ne peut être contesté. “Un coup comme il n’en n’arrive pas deux fois dans une vie d’éditeur” admis franchement Céline Le Lamer, la directrice de projet chez Hachette pratique. “Dans le culinaire, quand on en vend 20 000, c’est déjà un beau succès” affirme t-elle. Deux ans après son lancement, le livre de cuisine en est à sa quinzième réimpression pour un tirage de 500.000 exemplaires, un phénomène totalement inédit dans le secteur. Depuis, Simplissime est même devenue une marque. Au début, c’était une collection qui comptait quinze déclinaisons : pâtes, cocottes, apéro, soupes ect., et Jean-François Mallet en était l’écrivain. Puis, Simplissime est passé à la couture, au yoga pour enfants, à la culture générale. En tout c’est plus de 1,6 millions d’exemplaires qui ont été vendus dans le monde. En gros, Simplissime s’impose comme l’ouvrage culinaire de référence.
Toutes les maisons d’éditions ont lancés leur ouvrage afin de profiter de ce filon avec plus ou moins d’originalité. Cependant quand le kit était tendance, nous ne trouvions plus que des coffrets garnis d’ustensiles dans les rayons. Par ailleurs, c’est un secteur qui résiste bien, avec dix-sept titre dans le classement de Gfk livres Hebdo, sur lequel Marabout c’est imposé en tant que leader du secteur. Les livres de la marque, on une certaine cohérence entre la forme et le fond et jamais la cuisine facile ne l’avait poussé à ce point. Jusqu’alors, la référence qui était indémodable était le Ginette Mathiot, qui s’était imposé sans partage sur au moins deux générations. Il existe donc aujourd’hui plusieurs références qui se sont imposés sur le secteur du livre de cuisine, qui ont une identité visuelle forte et qui choisissent soit de se positionner exclusivement sur de la cuisine simple, cuisine gastronomique ou décide d’allier les deux.